Lechou

Stéthoscope connecté : révolutionnaire, mais à quel prix pour notre santé ?

Actu
ESPACE MEMBRE
FACEBOOK
INSTAGRAM
YOUTUBE

La technologie fait des bonds de géant pour automatiser et optimiser, même dans le domaine de la santé. En ce moment même, une foire sur les gadgets et les avancées technologiques bat son plein à Las Vegas. Avec la récente annonce de Withings, une entreprise créée par un Français, concernant la sortie de son tout nouveau stéthoscope individuel connecté, le BeamO, le domaine de la santé connectée est en effervescence. Ce dispositif compact promet une surveillance exhaustive de la santé, allant de la température corporelle à l’électrocardiogramme, en passant par la mesure du taux d’oxygène dans le sang et la fonction de stéthoscope numérique. Une avancée technologique sans précédent qui semble révolutionner notre manière de prendre soin de notre bien-être.

Cependant, au cœur de cette avancée technologique, une question persiste : jusqu’où cette innovation peut-elle compromettre notre santé ?

Certes, la commodité offerte par le BeamO est indéniable. Sa capacité à fournir des données médicales précises depuis chez soi, synchronisées avec une application dédiée, est un atout majeur. Néanmoins, il est crucial de considérer les conséquences potentielles de cette technologie sur notre relation personnelle avec la santé.

Un aspect souvent négligé est l’importance du lien humain dans le parcours de santé. La relation entre un patient et son médecin, son infirmier ou son professionnel de la santé est fondamentale pour une prise en charge holistique. Le contact humain, l’empathie, la compréhension des émotions et des besoins individuels ne peuvent être entièrement remplacés par des mesures et des chiffres numériques, aussi précis soient-ils.

En misant uniquement sur la technologie, il y a un risque réel de négliger cet aspect crucial de la santé. L’excès de confiance dans des dispositifs comme le BeamO pourrait conduire à une déshumanisation de notre bien-être, reléguant le lien émotionnel et humain au second plan.

Par ailleurs, il est important de noter que cette technologie sera accessible à tous, ce qui pourrait intensifier les troubles obsessionnels chez les hypocondriaques, toujours plus nombreux. Elle pourrait aussi donner l’excuse, dans certains pays comme la France et la Suisse, de faire moins pour la santé tout en demandant plus d’argent aux citoyens. En outre, les assurances pourraient exiger une surveillance encore plus rapprochée. Ce sujet sera l’un des prochains sujets abordés par les conspirationnistes (comme moi). Il est fort probable qu’on en reparle dans deux ou trois ans.

Cependant, il existe des avantages si l’utilisateur est éduqué et comprend bien l’utilisation de cette technologie. Il y a toujours un côté positif dans ces avancées technologiques. Le problème réside souvent dans l’utilisateur ou le propriétaire. Si vous voyez ce que je veux dire …

Ce stéthoscope personnel nouvelle génération pourrait contribuer aux soins à domicile pour nos aînés. Il pourrait aussi anticiper au mieux les problèmes de santé dans les déserts médicaux en France. De plus, il pourrait être utile pour étudier la santé de manière plus globale afin de comprendre ce qui ne va pas. Cependant, il est peu probable que les dirigeants des États et autres décideurs dans le domaine de la santé en Europe cherchent véritablement le bien-être du peuple.

Il est donc primordial de trouver un équilibre entre l’innovation technologique et le maintien de la relation humaine dans le domaine de la santé. Utiliser des outils tels que le BeamO pour compléter et améliorer les soins médicaux existants, mais sans jamais perdre de vue l’importance du contact humain.

Il sera commercialisé en été 2024 au prix de 250 €.

Danny Marquis