Lechou

Ça y est, l’automne est là et on reprend doucement le rythme du quotidien : le soleil se couche plus tôt, les températures baissent, l’humidité revient… Mais ne nous laissons pas abattre : stop à la fatigue et au manque d’entrain, voilà 6 astuces pour opérer ce changement de saison en toute tranquillité !

1 – Ralentir : repos et sommeil

L’épanouissement estival de la nature fait place à l’intériorité, au silence et au repos : terminés le brouhaha des cigales et le chant des criquets, les feuilles et les aiguilles ont commencé à tomber, et la forêt elle-même semble se préparer à hiberner… Notre organisme n’échappe pas à la règle : notre métabolisme tout entier aura tendance à ralentir avec l’arrivée de l’automne.

La première des choses à faire est donc de favoriser le repos : se coucher plus tôt, s’aménager des plages de sieste, ou encore se laisser du temps pour ne RIEN faire sont autant d’habitudes vitales pour prévenir la fatigue.

2 – Une alimentation saine, de saison… et un peu de chaleur !

Nourrir nos petites cellules et soutenir le bon fonctionnement de nos précieux intestins sera au cœur de notre stratégie. On s’orientera vers les aliments locaux, frais et de saison tels que choux, courges, panais, champignons, poireaux, mais aussi pommes, poires, coings ou châtaignes (miam !) : fibres, minéraux, antioxydants et vitamines au programme ! Les températures étant moins chaudes, on réduira les portions de nourriture froide pour faire la part belle à la cuisson douce (vapeur ou wok par exemple), notre rate nous en remerciera. On évitera enfin les fritures et cuissons à haute température, ainsi que les sucreries et autres préparations industrielles pour ne pas sur-solliciter le foie.

3 – L’huile essentielle d’Épinette Noire, la dose de peps

Les essences aromatiques de Picea mariana, plus communément appelée Épinette Noire, donnent une huile essentielle particulièrement vivifiante en cas de fatigue passagère : diluées dans un peu d’huile végétale, 5 gouttes appliquées dans le dos au niveau des glandes surrénales suffiront à vous rebooster en un rien de temps. Comme leur nom l’indique, les surrénales sont posées sur chacun de nos reins : on les trouvera au niveau des côtes flottantes, de part et d’autre de la colonne vertébrale.

4 – La luminothérapie, pour un moral à toute épreuve

La lumière du soleil est un aliment à part entière, elle stimule notre bonne humeur et nous donne envie d’entreprendre. En été, elle peut atteindre une intensité de 50 000 lux contre environ 500 au cœur de l’hiver : c’est une des causes majeures de la dépression saisonnière. En nous exposant quotidiennement à l’éclairage d’une lampe produisant une lumière à large spectre proche de celle du soleil (aux alentours de 10 000 lux), nous inhibons notre production de mélatonine durant la journée. Résultat : réveillé et efficace, le moral remonte en flèche ! Une lampe de luminothérapie est un dispositif médical devant bénéficier d’une certification européenne, vous assurant une bonne protection contre les UV et une luminosité suffisante.

5 – Extrait de pépins de pamplemousse : l’antibiotique au naturel

Par sa richesse en flavonoïdes et en vitamine C, l’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) a la faculté de disloquer la membrane bactérienne : cette propriété en fait un antibiotique très efficace. Possédant également une action antivirale, antifongique et antioxydante, il constitue un excellent soutien au système immunitaire nous gardant à l’abri des rhumes, bronchites et autres infections saisonnières. On conseille d’en consommer 15 gouttes 3 fois par jour dans un verre d’eau.

6 – Complémentation : Vitamine D3 et Magnésium

Produite par notre organisme sous l’effet de l’exposition au soleil et de ses UVB, la vitamine D3 joue notamment un rôle clé dans le bon fonctionnement du système immunitaire. Ce dernier est mis à mal à l’automne, où l’on observe une diminution de la lumière solaire (donc une baisse de notre synthèse naturelle de vitamine D3) avec pour résultat une augmentation des troubles ORL et autres affections saisonnières. Une complémentation s’impose donc entre début octobre et fin mars, à raison de 2000 UI de vitamine D3 par jour, pour maintenir un taux optimal et une bonne immunité.

Le Magnésium quant à lui est notre meilleur allié contre le stress et les troubles du sommeil. Élément essentiel au système nerveux et à la détente musculaire, il joue un rôle crucial dans plus de 300 réactions métaboliques. Pas de bol : il n’est malheureusement pas stocké par l’organisme, et notre capital fond comme neige au soleil au moindre coup de stress. D’où la nécessité d’assurer d’une apport quotidien suffisant : 300 mg par jour constituent une supplémentation moyenne adaptée, qu’il sera bon de prendre en cure sur 1 à 2 mois, idéalement en 2 prises matin et soir aux repas.

 

Jordi Tisserand, étudiant en naturopathie